Archives du blog

LA DIRECTRICE DES HLM DE GUADELOUPE EST PAYÉE 1 460 000 € PAR AN, OUPS !!

En pleine crise du logement, la Semsamar, 3ème bailleur HLM de Guadeloupe, déborde d’argent et le dépense inutilement.

Untitled22

La directrice de la Semsamar gagne en effet plus de 1 million d’euros par an !

Le montant a fait s’étouffer la Mission interministérielle d’inspection du logement social ( Miilos), qui a remis son rapport le 16 janvier.

Le Semsamar, société d’économie mixte qui construit des logements sociaux, des équipements publics ou des résidences privées de standing, emploie 75 salariés. Mais le train de vie de sa patronne, Maire-Paule Bélénus-Romana, est digne d’un dirigeant de multinationale.

Maire-Paule Bélénus-Romana a droit à 221 000 € de salaire fixe par an, soit 18 400 € par mois. De quoi vivre tranquillement sous les cocotiers, mais pas encore assez. Elle touche aussi une part variable: 5 à 10% des bénéfices nets et 10% des dividendes recueillis dans d’autres filiales.

Le total a atteint “1,46 million d’euros en 2011 et autant en 2012″, selon le quotidien France-Antilles.


Maire-Paule Bélénus-Romana a également droit à 2 berlines de fonction, l’une en Guadeloupe, l’autre sur l’île caraïbe de Saint-Martin, plus connue pour ses plages que pour ses logements sociaux, où la Semsamar a son siège historique…

S’y ajoutent une demeure de fonction à Saint-Martin et une “indemnité de logement” de 1500 € par mois pour s’offrir un gourbi en Guadeloupe. Presque un pourboire.

Évidemment, une directrice aussi considérable bénéficie de “frais de représentation” ainsi que de billets d’avion, “en fonction de ses besoins“. Autant dire à discrétion…

Mais il y a encore plus exotique : ce contrat en or est garanti à vie ! ou plutôt, précise l’article 11,  « jusqu’à l’ouverture des droits à la retraite » !

Toutes ces conditions ont été approuvées, en trinquant et avec le sourire, le 26 mai 2009 en conseil d’administration, par les actionnaires de la Semsamar, majoritairement publics.

La Région Guadeloupe, la commune de Basse-Terre et la collectivité territoriale de Saint-Martin n’ont rien trouvé à y redire. 

Il est vrai que la boîte ne fait pas que leur pomper des fonds publics : elle leur reverse des dividendes grâce à de juteuses opérations immobilières.

Dans cette belle opulence, tous les salariés roulent en carrosse. Comme l’a révélé “France-Antilles”, les secrétaires gagnent « 3 000 € par mois », les cadres intermédiaires “15 000 €” et les standardistes … 5 000 €…

 

Maire-Paule Bélénus-Romana ne comprend même pas qu’on lui cherche querelle : son prédécesseur, affirme-t-elle, gagnait autant qu’elle ! (lien cliquable)